chapitre 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

chapitre 15

Message  gregdenysse le Mar 16 Oct - 14:34

P.252 Dieu vint au secours d'Olympias et des johannites et les encouragea. Dieu commença à punir, l'un après l'autre, ceux qui avaient condamné le saint évêque Jean Bouche d'Or. La première personne que Dieu punit pour avoir exilé le saint fut Eudoxie. La belle impératrice mourut le 6 octobre 404, 3 mois et demi après qu'elle eut décrété l'exil de Bouche d'Or. Dieu punit Eudoxie de mort, d'une mort terrible. L'impératrice était grosse pour la 5ème fois. L'enfant qu'elle devait mettre au monde mourut dans son sein. Ni les médecins ni les sages-femmes ne parvinrent à la débarrasser du cadavre qu'elle portait. L'enfant pourrit dans ses flancs. Elles avait des douleurs terribles et nul ne pouvait la secourir. Mais la décomposition s'étendait, comme le feu P.253 En même temps que son enfant, les entrailles de la belle impératrice commencèrent à pourrir, contaminées par le petit cadavre qu'elle portait en elle. C'était une punition atroce. Et comme toutes les punitions terribles, elle durait. Eudoxie se débattit sans fermer les yeux, des semaines durant, gardant en elle son enfant mort, pendant que ses entrailles se décomposaient. Puis elle mourut, rendue hideuse par la souffrance, elle qui tenait tant à sa beauté!
Eudoxie fut enterré le 12 octobre 404. Les foules savaient que Dieu l'avait punie. Les ennemis de Bouche d'Or soutenaient toutefois que la terrible mort d'Eudoxie n'avait aucun rapport avec l'Exil de Bouche d'Or. Alors Dieu continua à frapper les ennemis du saint l'un après l'autre, afin de les convaincre qu'il ne s'agissait pas de coïncidences, mais bien de punitions venant d'En-haut. Tous les membres de la conjuration qui avaient envoyé Bouche d'Or à Cucuse furent frappés de peines spectaculaires.
Arcadius était inquiet. Il avait peur que la terre s'entrouve pendant un séisme et l'engloutisse vivant. L'empereur avait peur d'être dévoré par les vers, ou de tomber de cheval, ou d'avoir la langue enflée, ou de voir pourrir ses pieds comme cela s'était passé avec les ennemis de Bouche d'Or.
L'empereur se débattait, pris de panique. Il appela, pour l'aider et le défendre devant Dieu, saint Nil qui, à l'époque, vivait au fond du désert.
Saint Nil avait été un des hommes les plus riches et les plus élégants de l'empire romain. P.254 il avait été préfet d'orient sous Théodose. Il avait épousé une des plus belles femmes de cette époque et avait eu deux garçons. Un jour, il prit l'un de ses fils et se retira au fond du désert sur le mont Sinaï, abandonnant tout. L'empereur y envoya ses émissaires et le supplia de venir à Constantinople afin de l'aider un peu et prier Dieu d'épargner Arcadius, de ne pas le punir.
Saint Nil répondit à Arcadius: «Comment veux-tu que j'ose prier pour une ville qui mérite, par tant d'actes coupables, la justice de Dieu qui la menace? Constantinople est une ville où le crime s'appuie sur l'autorité des lois, et elle a banni le très heureux Jean, la colonne de l'Église, la lampe de la vérité, la trompette du Seigneur. Tu demandes que je prie pour elle, mais tu le demandes à un esprit trop accablé d'affliction par l'excès des maux qu'elle a commis..»
L'empereur envoya encore une fois des émissaires implorer Saint Nil qui répondit: «Tu as banni Jean, la plus grande lumière de la terre, sans avoir aucune raison, et pour t'être laissé aller trop légèrement à suivre les mauvais conseils de quelques évêques dont l'esprit n'était pas sain. Songe donc à toi, et après avoir privé l'Église catholique des pures et saintes instructions qu'elle recevait de lui, reconnais au moins ta faute et repens-toi.»
Arcadius pouvaient s'appuyer au moins sur trois patriarches d'Orient qui approuvaient sa politique: Arsace de Constantinople, Porphyre d'Antioche et Théophile d'Alexandrie.
P.257 Bouche d'Or avait renoncé à toutes les choses terrestres, ou comme disait saint Paul, à toutes les choses visibles, parce que ces choses visibles n'ont qu'un temps. Bouche d'or vivait sur terre uniquement par l'Esprit. Il était comme un esprit libéré du corps. Malgré cette performance, Bouche d'Or ne réussit pas à faire abstraction de l'hiver qui était arrivé à Cucuse. Dans cette région l'hiver est terrible. Il fut plus fort que la force du saint. Bouche d'Or était un homme du sud, un Syrien. Lorsque l'hiver s'abattit sur Cucuse, le vieil exilé fut terrassé. Il le dit lui-même: «Je suis allé jusqu'aux portes de la mort et durant deux mois je n'ai eu de vie que pour sentir les maux.» Il ne quitta plus la maison. L'air froid de Cucuse était une boisson trop forte pour sa poitrine et ses poumons.
P.260 Il voulait christianiser l'Asie. Les deux moitiés de l'empire romain pensaient à Bouche d'Or. Il était le symbole de l'héroïsme chrétien. Les preuves, les témoignages d'amitié arrivaient à Cucuse de tous les coins du monde. Les missionnaires qui travaillaient sous ses ordres devenaient de plus en plus nombreux.
P.263 Aux yeux de la jeunesse chrétienne de l'époque, Bouche d'Or symbolisait l'apogée de la vertu et de la foi. Il existait des milliers de jeunes qui voulaient venir l'écouter et se nourrir de son enseignement, de la «véritable philosophie», ainsi qu'on appelait alors l'enseignement de Jésus.
P.264 A cette époque, la gloire du martyre de Bouche d'Or était passée dans la légende et le monde entier priait pour lui.
avatar
gregdenysse
Admin

Féminin Nombre de messages : 78
Age : 33
Job/hobbies : Lecture
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://virgilgheorghiu.forumotion.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum